Recherche Avancée
Plus d'options de recherche
we found 0 results
Your search results

Le taux d’usure bloque le marché immobilier

Posted by Admin123 on 27 septembre 2022
| 0

Le taux d’usure en quelques mots

Tous les trois mois, le taux d’usure est calculé et fixé par la Banque de France, qui
représente la banque des banques. Ce taux revient au taux maximal auquel les banques ne
peuvent pas prêter à leurs emprunteurs. Cela signifie qu’elles n’ont donc pas le droit de vous
appliquer des taux plus élevés que le taux d’usure pour vos prêts immobiliers. Cela a pour
but normalement de vous protéger contre des prêts trop importants que vous ne pourrez
potentiellement pas rembourser ou qui impacteraient lourdement votre budget.
Le taux d’usure est actuellement de 2,57% concernant les crédits de 20 ans ainsi que de
2,6% pour les crédits immobiliers sur 10 à 20 ans. Ces taux correspondent à la période du
1er juillet au 1er octobre 2022, la date à laquelle la Banque de France recalculera et
communiquera un nouveau taux d’usure.

Les banques qui refusent de plus en plus de dossiers pour des prêts immobiliers

En général, les crédits sur 20 ans et plus sont souvent utilisés afin d’acheter des biens
immobiliers ou de réaliser des travaux importants. Cependant, depuis juin dernier, selon la
Banque de France, il y a de moins en moins de crédits immobiliers contractés. Cela est ainsi
lié au taux d’usure, expliqué plus haut. En effet, étant donné que le calcul du taux d’usure se
base sur des anciens taux et que le taux actuel est fixé pour 3 mois, il n’est pas toujours en
adéquation avec l’état du marché ainsi qu’à la situation économique et financière du pays.
Le problème du taux d’usure est qu’il ne prend pas en compte l’inflation. Ainsi, délivrer des
crédits est plus risqué pour les banques, qui jugent le taux d’usure trop bas. En
conséquence, elles optent pour augmenter le taux nominal ou elles refusent directement des
crédits aux emprunteurs. Le fait d’augmenter le taux nominal, cela impacte directement les
emprunteurs, qui se retrouvent en incapacité de contracter un crédit. Les courtiers et autres
acteurs du marché tentent de baisser leur prix afin de re-dynamiser le marché mais cela ne
suffit pas.

Près de 50% des dossiers refusés par les banques

L’immobilier est devenu difficilement accessible dans certaines zones, en particulier proche
des grandes agglomérations où les prix continuent d’augmenter même avec la crise du
COVID-19. Être propriétaire devient donc un rêve pour un grand nombre de ménages, qui
ne se retrouvent pas en capacité d’investir, étant donné qu’on n’accepte pas de leur octroyer
un crédit immobilier. En plus des taux immobiliers qui sont élevés, nous avons des prix de
l’immobilier qui grimpent également. Cela ne facilite en rien l’achat de biens immobiliers car
cela réduit le nombre de ménages en capacité d’emprunter. De plus, une grande partie des
dossiers solvables vont ainsi être refusés à cause du taux d’usure. En effet, ce dernier qui
est censé protéger l’emprunteur d’une éventuelle pratique abusive de la banque, se retrouve
bloqué, depuis le début de l’année.
Si l’on suit les statistiques des courtiers, un dossier sur deux est actuellement refusé, le
segment de la primo-accession inquiète en particulier les professionnels. En effet, les
ménages qui souhaitent investir dans un bien pour la première fois, représentent
habituellement 60% des ventes immobilières dans l’ancien. Cependant, aujourd’hui ils en
représentent seulement 40%. Cependant, si vous investissez dans un logement et que vous
souhaitez en faire de l’investissement locatif, vous pouvez le confier à une agence de
gestion locative sur Lyon
qui s’occupera de vous trouver rapidement un locataire et qui
établira la gestion quotidienne du bien.

Une révision du taux d’usure

Le 1er octobre 2022, la Banque de France va calculer et fixer un nouveau taux d’usure.
Cependant, si l’inflation continue de s’aggraver, le taux d’usure va vite devenir obsolète et
ainsi, le problème sera le même chaque semestre. Il serait donc viable qu’il y ait une
révision du taux d’usure, une réforme sur ce dernier. Cela pourrait être une nouvelle
méthode de calcul, une prise en compte de l’inflation ou l’exclusion de différents frais dans le
calcul du taux d’usure.
En espérant donc qu’une révision sera faite concernant ce taux d’usure afin de pouvoir
faire repartir à la hausse les crédits immobiliers octroyés pour rendre ainsi l’achat
immobilier plus accessible au grand nombre.

Comparer annonces